Forme et esthétisme : pour une architecture d’un blanc éclatant

Sur des bâtiments à la fois beaux et fonctionnels comme sur des monuments mondialement connus et reconnus, le dioxyde de titane est un ingrédient essentiel pour obtenir des finitions blanches qui durent longtemps.

 

Au fil des siècles, le blanc s’est imposé comme une source inépuisable d’inspiration pour les architectes. La façade des temples grecs et romains était recouverte de marbre blanc et, au 18e siècle, le blanc était la couleur la plus couramment utilisée pour la construction des églises néoclassiques, des capitoles et autres édifices publics.

Faisons un saut dans le temps jusqu’au 20e siècle. Le Corbusier, l’un des pionniers de l’architecture moderne, a utilisé une peinture blanche sur les murs en béton armé de ses plus célèbres constructions, notamment la Villa Savoye, en banlieue parisienne, et la chapelle Notre-Dame-du-Haut, à Ronchamp.

L’architecture contemporaine continue d’utiliser le blanc de façon originale et innovante, en particulier dans les galeries d’art, où le fond blanc est souvent indispensable pour mettre en valeur les œuvres exposées. Les architectes japonais Sanaa, co-créateurs du Louvre-Lens, ont choisi le blanc comme couleur principale pour le New Museum de New York.

Cette élégante structure blanche au design saisissant se dresse sur sept étages, et plusieurs techniques novatrices ont été nécessaires pour incorporer de nombreux niveaux et espaces dans une surface relativement petite. Le bâtiment est recouvert d’aluminium anodisé et exploite au maximum la lumière naturelle grâce à l’application d’un enduit blanc et d’autres surfaces.

Les représentants du musée décrivent l’impact de la structure sur son emplacement new-yorkais : « Les couleurs et l’énergie du quartier de Bowery laissent place ici à un espace clair et lumineux, traversé par la lumière du jour, dans une palette de tons blancs et argent. »

Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, le duo qui se cache derrière Sanaa, a remporté le prestigieux prix Pritzker d’architecture en 2010.

Le London Eye

Le London Eye

 

Assurer l’entretien des constructions emblématiques

Le dioxyde de titane est le pigment incontournable pour les revêtements et matériaux de couleur blanche. La plupart des peintures en contiennent pour obtenir une blancheur ou une opacité parfaite, et il est utilisé comme pigment pour créer du béton ou de l’enduit blanc.

Certains des monuments les plus emblématiques au monde ont besoin du dioxyde de titane pour rester en bon état.

Parmi eux, citons le London Eye, l’une des principales attractions touristiques de la capitale anglaise, qui est recouvert d’un revêtement spécial contenant du dioxyde de titane. Environ 15 000 litres de peinture et cinq types de revêtements différents ont été utilisés pour sa construction.

Oscar Wezenbeek, directeur des divisions Nautique, Protection et Yachts chez AkzoNobel, l’entreprise qui a fourni les peintures du London Eye, explique : « Le dioxyde de titane offre une couleur merveilleusement blanche qui illumine le London Eye ainsi que de nombreux autres bâtiments et monuments emblématiques.

Il est difficile d’imaginer un monde dont serait absent l’éclat créé par le dioxyde de titane. C’est un ingrédient essentiel dans la fabrication des produits de haute qualité de AkzoNobel, et il protège les constructions les plus célèbres tout en leur apportant une finition superbe. »

De la même façon, une peinture spéciale a été utilisée pour recouvrir le viaduc de Millau. Étant données les dimensions de la structure – l’une de ses piles est plus haute que la tour Eiffel et le viaduc est long de 2 460 mètres –, il était essentiel d’utiliser une peinture intelligente et durable pour limiter les opérations d’entretien.

 

Les bénéfices actifs du blanc

L’utilisation du blanc dans l’architecture présente d’autres avantages pratiques liés au contrôle climatique et énergétique. Les scientifiques ont prouvé que les maisons dont les murs extérieurs sont peints en blanc absorbent moins de chaleur que celles dont les murs sont foncés, réduisant ainsi l’énergie nécessaire pour la climatisation.

En plus de s’imposer comme le pigment blanc privilégié pour les revêtements architecturaux, le dioxyde de titane améliore l’effet et les performances de ces revêtements. Un exemple : il a été démontré que le TiO2 améliore les performances des peintures ignifuges intumescentes, un type de revêtement spécial qui recouvre la structure en acier exposée du New Museum, conçu par Sanaa. L’ignifugation est un aspect crucial de la conception des bâtiments, car elle permet de s’assurer que les matériaux utilisés sont conformes aux normes de sécurité en vigueur.

Le Palazzo Italia, agrémenté de superbes panneaux extérieurs blancs, a tiré parti des propriétés du dioxyde de titane pour conserver sa brillance et lutter contre les niveaux de pollution élevés que connaît Milan.

Le pavillon italien

Le pavillon italien

 

Un attrait durable

Le blanc est souvent associé aux maisons côtières, sans doute parce qu’il est fréquemment utilisé comme finition décorative sur les murs recouverts de plâtre ou d’enduit, qu’il protège des fortes pluies poussées par le vent.

Ness Point est un ensemble de maisons construit en 2016 au cœur du paysage spectaculaire des falaises blanches de Douvres, au Royaume-Uni, et conçu par le studio londonien Tonkin Liu.

Pour les murs de ces maisons, il a également été décidé d’utiliser un enduit blanc. « Le client, qui a grandi dans la région, voulait un édifice moderne qui reflète l’héritage culturel de ce lieu emblématique. La finition extérieure donne l’impression que le bâtiment fait partie de la falaise de craie sur laquelle il a été construit », explique Greg Storrar, l’architecte de ce projet primé.

« La palette blanche se poursuit vers l’intérieur et capture la lumière changeante en cours de journée, inscrivant ainsi le bâtiment dans la toile d’un climat côtier en perpétuelle évolution », conclut-il.