Le choix du blanc en décoration intérieure : un intemporel de l’histoire du design

S’il est une couleur qui a résisté à l’épreuve du temps, c’est bien le blanc. L’introduction du dioxyde de titane dans la composition de la peinture d’intérieur au XXe siècle a enfin permis d’obtenir une finition blanche parfaite, sans danger pour la santé.

Indémodable et élégant, le blanc est une couleur intemporelle qui a traversé les époques et se prête à tous les styles d’intérieur – antique, classique, moderne ou encore minimalisme scandinave.

Mais obtenir un vrai blanc n’a pas toujours été facile, ce qui explique qu’il a souvent été utilisé avec parcimonie.

Kassia St Clair, l’experte couleurs de l’édition britannique du magazine Elle Decoration et auteure du livre The Secret Lives of Colour (Les Vies Secrètes de la Couleur), explique : « C’est à la décoratrice d’intérieur Syrie Maugham que l’on doit le tout premier espace entièrement vêtu de blanc, un salon de musique du quartier londonien de Chelsea qu’elle a décoré en 1927. Il y a 100 ans, les intérieurs blancs étaient rares, mais aujourd’hui, ils sont si populaires que nous devons les réinventer en permanence. »

A la recherche du blanc

Déjà dans la Rome antique, l’écrivain Pline l’Ancien décrivait la recette nauséabonde et dangereuse de la fabrication de la peinture au plomb : un processus d’oxydation de bouse de vache trempée dans du vinaigre qui produit des écailles blanches. Celles-ci étaient ensuite réduites en une fine poudre blanche qui permettait d’obtenir une peinture blanche qui, en dépit de son aspect soyeux, était fortement toxique.

La peinture au plomb a été la seule peinture blanche utilisée en Europe jusqu’au XIXe siècle, lorsque sa production a enfin fait l’objet de restrictions. Aujourd’hui, elle est interdite presque partout dans le monde.

À l’ère victorienne, la peinture blanche brillante n’existait pas, et les teintes qui s’en rapprochaient le plus étaient des couleurs crème ou des blancs cassés fabriqués à base de craie, de plomb ou de calcaire. Ces teintes ont aujourd’hui encore la faveur des propriétaires de maisons d’époque.

Chrissie Rucker, la fondatrice de la marque de luxe The White Company, donne son point de vue : « Choisissez des blancs chauds plutôt que froids, comme l’ivoire, l’albâtre ou la craie plutôt que les blancs tirant vers le bleu. Il existe des milliers de blancs au fini soyeux. »

Pour sublimer votre intérieur et lui donner le cachet de l’ancien, le fabricant anglais de peinture et de papier peint Farrow & Ball propose une palette de tons neutres traditionnels aux teintes gris-vertes sous-jacentes, sans aucun ingrédient toxique.

Le blanc s’invite dans nos maisons

Ce n’est que récemment que les fabricants de peinture sont parvenus à produire un blanc pur. En effet, c’est l’ajout de dioxyde de titane dans les années 1940 qui a permis d’obtenir un blanc intense à l’aspect brillant qui tient dans le temps. Cette découverte a révolutionné nos intérieurs.

Également appelé « blanc parfait », le pigment de dioxyde de titane diffuse la lumière du visible, ce qui lui donne son aspect à la fois opaque et brillant et permet son utilisation dans de très nombreuses applications, notamment dans la fabrication de peintures, de tissus et de papiers peints.

Le plus difficile est de trouver la teinte qui vous convient. Chrissie Rucker poursuit : « Si nous aimons autant le blanc, c’est parce que nous croyons qu’il existe un blanc pour tous les goûts, tous les styles et tous les intérieurs. »

À l’âge d’or du cinéma hollywoodien, dans les années 1930, la juxtaposition de sofas et tapis blancs et de meubles lumineux créait un univers chatoyant.

Dans les années 1960, la finition blanche high gloss était l’écrin idéal de la déco pop art alors en vogue. L’explosion de couleurs n’en était que plus saisissante.

Le blanc, toujours au top des tendances

Depuis quelques années, la déco scandinave habille nos intérieurs. Elle fait la part belle à la lumière et à l’espace, avec une palette neutre et sobre de blancs froids, de bois clair et un ameublement minimaliste.

Pour injecter une note glamour contemporaine dans nos intérieurs, nous pouvons faire confiance aux designers français qui restent les maîtres en la matière. Tournez-vous vers Maison Hand, Jean-Louis Deniot ou Joseph Dirand.

La dernière tendance en matière de design intérieur consiste à superposer et à juxtaposer les tissus et les œuvres d’art pour créer une touche déco qui illuminera la pièce tout en lui apportant un style décontracté.

Le blanc s’accommode de toutes les tendances. Que vous souhaitiez une déco minimaliste aux lignes épurées ou maximaliste et chargée en motifs et en objets, le blanc est la parfaite toile de fond de tous les intérieurs.

Pour Kassia St Clair, les temps et les modes ont beau avoir changé, « le secret d’une pièce habillée de blanc reste inchangé : superposition des textures, optimisation de l’éclairage et savoir dire non au vin rouge, aux enfants et aux animaux de compagnie ! »