Le dioxyde de titane est sans danger

L’utilisation du dioxyde de titane est approuvée en Europe depuis plus d’un siècle. D’innombrables études (voir références ci après) ont démontré son innocuité à la fois pour le grand public et pour les professionnels amenés à le manipuler.

 

Le dioxyde de titane (TiO2) est un ingrédient essentiel et important pour des centaines de produits, dont des peintures, plastiques, papiers, cosmétiques, produits pharmaceutiques et alimentaires. Du fait de ses propriétés, le dioxyde de titane est utilisé dans de nombreuses applications allant des colorants blancs aux filtres de crèmes solaires et même à la lutte contre la pollution.

Depuis un siècle environ, le dioxyde de titane est utilisé dans une multitude de produits. Son processus de fabrication et l’ensemble de ses applications ont été évalués à de multiples reprises. Ces évaluations ont mené à l’homologation du dioxyde de titane par les autorités réglementaires compétentes.

 

  • Le TiO2 est obtenu à partir de l’un des matériaux naturels les plus abondants sur terre, et son état chimiquement stable constitue la base de son utilisation pour de nombreuses applications.

 

  • Plusieurs études sur le long terme ont été menées sur des professionnels exposés de manière régulière au dioxyde de titane. Ces études ont révélé que le dioxyde de titane était sûr.

 

Introduction

Le TiO2 est l’un des composants les plus polyvalents de la planète. On le trouve aujourd’hui dans une incroyable palette de produits et technologies que nous utilisons au quotidien dont les peintures, plastiques, cosmétiques, crèmes solaires, aliments, verres et même convertisseurs catalytiques.

Le TiO2 a été évalué par un grand nombre d’autorités de régulation, qui ont systématiquement conclu à son innocuité pour bon nombre de ses applications désignées.

Au fil des ans, cependant, son omniprésence a suscité un questionnement et des recherches visant à déterminer s’il présente un impact sur notre santé, ainsi que d’éventuels effets secondaires associés à son exposition. Cette question s’est tout particulièrement posée dans le cas de son utilisation au sein des industries alimentaires et cosmétiques.

 

Le dioxyde de titane est-il sûr pour les consommateurs ?

Produit à partir d’un des éléments les plus abondants sur terre, le dioxyde de titane (TiO2) a été évalué par un grand nombre d’organismes de régulation, qui ont conclu qu’il s’agissait d’un matériau inerte et sûr.

Sa couleur blanc vif le rend idéal pour de nombreuses applications. Il est également utilisé en toute sécurité comme colorant, filtre anti-UV et épaississant pour l’alimentation et les cosmétiques, et il existe peu de cas d’allergie ou d’intolérance associés à sa consommation ou à son application.

Il est également approuvé pour utilisation dans une large gamme de produits et matériaux, dont les crèmes solaires, dentifrices et produits pharmaceutiques.

 

 

La classification du TiO2 signifie-t-elle que son utilisation comporte un risque pour les consommateurs ?

Le 18 février 2020, l’Union européenne a classé le TiO2 sous forme de poudre comme substance cancérigène présumée (catégorie 2) par inhalation.

Cette classification ne repose pas sur de nouvelles informations portant sur les risques dus à l’inhalation du TiO2 par des humains, mais sur des données datant de plusieurs décennies et basées sur des études d’exposition par inhalation chez le rat. Aucune étude ne permet de démontrer scientifiquement de lien entre exposition au TiO2 et risque de cancer chez les professionnels.

Les autorités européennes ont indiqué que le danger présumé pouvait être avéré en cas d’inhalation de poussière – comme le dioxyde de titane sous forme de poudre – dans des concentrations extrêmement élevées et sur des périodes prolongées, avec pour effet des troubles pulmonaires. En l’absence de ces conditions extrêmes d’inhalation, le TiO2 ne présente pas de danger. D’ailleurs, comme le précisent les autorités européennes, cette classification ne signifie pas que l’homme est – ou pourrait être – exposé à des niveaux présumés dangereux.

On peut en conclure que la pertinence de cette classification est limitée pour les consommateurs. Dans la plupart des produits, notamment les peintures et plastiques, le TiO2 est totalement intégré au produit fini. Le risque d’inhalation est donc quasiment nul.

D’ailleurs, au terme des discussions réglementaires portant sur la classification du TiO2, il a été conclu qu’il était peu réaliste que le danger survienne dans des conditions normales et prévisibles d’utilisation. Cliquez ici pour obtenir davantage d’informations sur ce que signifie la classification du dioxyde de titane.

 

La production de dioxyde de titane est-elle sûre ?

Dans la nature, le titane est souvent associé à d’autres éléments courants comme le fer, ces deux éléments dans la nature sous forme de leurs oxydes étroitement imbriques.

Deux méthodes sont utilisées afin de séparer ces deux substances et de former du TiO2 pur : un procédé au sulfate et un procédé au chlore.

Des procédés de production similaires sont utilisés pour fabriquer du titane métal destiné aux domaines de l’aérospatiale, de l’aéronautique, de la santé, de la construction navale et du bâtiment. Comme pour tout procédé chimique, ceux-ci sont soumis à de strictes lois environnementales, et les deux méthodes de production du TiO2 emploient et respectent des normes de santé, de sécurité et de manipulation très strictes.

La fabrication du dioxyde de titane est optimisée afin de recycler ou de réutiliser les matériaux bruts.

A cet effet, le chlore et l’acide sulfurique sont recyclés et le fer est converti en coproduits valorisés.

La production du TiO2 est régulée par des normes à l’échelle européenne, parmi lesquelles la directive Seveso, et les principaux producteurs européens se conforment également aux principes de la charte Responsible Care®.

Aussi bien la directive Seveso que Responsible Care® aident à garantir une production durable et des améliorations des modes de production du TiO2. Une évaluation du cycle de vie a été réalisée afin de mesurer l’impact environnemental de la fabrication du dioxyde de titane.

Découvrez plus d’informations sur les mesures de développement durable.

 

Le TiO2 est-il sûr pour les ouvriers amenés à le manipuler ?

Les données scientifiques démontrent qu’il n’y a aucun risque à craindre de l’exposition au dioxyde de titane pour les employés des usines de production de la substance situées dans l’Union Européenne.

En plus des organismes nationaux, qui supervisent les substances utilisées dans leurs pays respectifs, le règlement REACH de l’Union européenne supervise la sécurité de tous les produits chimiques utilisés. Ce règlement impose que les industries évaluent et gèrent tous les facteurs de risque potentiels liés aux usages de ces substances.

En enregistrant le TiO2 dans le cadre du règlement REACH, l’industrie du dioxyde de titane a rassemblé et évalué les données scientifiques sur le TiO2, et déterminé qu’il n’y avait aucune preuve de danger conformément aux critères d’évaluation REACH.

La production de TiO2 est gérée avec soin par les acteurs de cette industrie.

Les producteurs prennent toutes les mesures nécessaires afin de se conformer aux lois et règlementations européennes, ainsi qu’à celles des États membres relatives à la manipulation des matériaux utilisés dans la fabrication du TiO2.

De plus, depuis un siècle environ, le dioxyde de titane est commercialisé et a été l’objet d’études scientifiques approfondies menées sur des employés du secteur de la production de dioxyde de titane. Toutes ces études ont conclu à l’absence de preuve entre exposition au dioxyde de titane et augmentation des risques de cancer chez les professionnels.

Quatre études épidémiologiques majeures menées en Amérique du Nord et en Europe, portant sur plus de 24 000 professionnels de l’industrie de fabrication du dioxyde de titane, n’ont révélé aucun lien avec un risque accru de cancer ou tout autre effet indésirable dû à une exposition au TiO2.

 

 

Le dioxyde de titane est-il sans danger dans les aliments ?

En vertu de la législation de l’UE, chaque additif alimentaire doit faire l’objet d’une évaluation de sécurité approfondie pour être mis sur le marché et utilisé dans les aliments. Le dioxyde de titane est répertorié en tant qu’additif E171 parmi les additifs alimentaires approuvés et sûrs depuis de nombreuses années.

La sécurité d’emploi du E171 a été systématiquement examinée et n’il n’existe aucun lien probant entre l’ingestion de dioxyde de titane et une nocivité pour la santé humaine. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a examiné l’innocuité du dioxyde de titane dans les aliments à quatre reprises, en 2016, 2018, mai 2019 et juin 2019. Dans tous les cas, l’EFSA a exclu d’éventuels problèmes sur la santé des consommateurs pouvant liés au dioxyde de titane dans les aliments.

Le dernier avis de l’EFSA sur le E171 publié en mai 2021 ne fait état d’aucune preuve concluante sur les effets nocifs liés à l’ingestion du E171. Pourtant, l’EFSA a conclu qu’elle ne considérait plus le E171 comme un additif alimentaire sans danger, car les préoccupations sur sa génotoxicité ne pouvaient pas être exclues. Le dernier avis de l’EFSA se fonde sur de nouveaux critères d’évaluation que la TDMA estime inappropriés pour l’évaluation des risques liés aux substances utilisées comme additifs alimentaires, car ces critères ne sont pas représentatifs de conditions d’utilisation réelles.

La TDMA continue à défendre la sécurité du E171 dans toutes les applications prévues. La TDMA fait suite à l’avis de l’EFSA en actualisant son programme scientifique pour obtenir de nouvelles données afin de confirmer la sécurité du E171, en vue de répondre à la nouvelle approche d’évaluation des risques de l’EFSA relative aux additifs alimentaires. En savoir plus sur l’innocuité du dioxyde de titane dans les aliments.

En savoir plus sur l’utilisation et la sécurité d’emploi du E171.

 

Conclusion

Le dioxyde de titane, qui est produit et utilisé dans des applications commerciales en toute sécurité depuis près d’un siècle dans un large éventail de secteurs, a apporté des bénéfices conséquents à la société, sans effets nocifs sur l’homme ou l’environnement.

Les études à long terme ont démontré que la consommation, l’utilisation et la production du dioxyde de titane ne sont pas nocives pour les êtres humains, et de nombreux organismes de régulation ont déterminé qu’il était non toxique et non cancérigène pour l’homme.

Consultez la page Qu’est-ce que le dioxyde de titane ? pour plus d’informations.