Quel type de crème solaire utiliser, et pourquoi ?

Associés à d’autres mesures de précaution, comme rester à l’ombre et se couvrir, les produits solaires jouent un rôle essentiel dans la protection de la peau.

Et face à plusieurs douzaines de produits sur le marché, les consommateurs ont l’embarras du choix. Mais pour faire le bon achat, le prix est loin d’être le seul facteur.

 

Se protéger des UVA et des UVB

Les dégâts provoqués par le soleil sont dus aux rayons UV, qui présentent deux longueurs d’onde différentes : les UVA et les UVB. Les UVB sont à l’origine des dégâts cutanés les plus visibles, comme les rougeurs et les cloques couramment liées à des cas de cancer de la peau. De leur côté, les UVA ont des conséquences à plus long terme, parmi lesquelles le vieillissement prématuré de la peau, l’affaiblissement du système immunitaire et des risques de cancer.

« On intègre souvent des nanoparticules de TiO2 aux écrans solaires pour filtrer les UV. Leur utilisation a été reconnue comme extrêmement sûre. »

La capacité d’une crème solaire à protéger des rayons UVB est appelée Indice de Protection Solaire (en anglais Sun Protection Factor, soit SPF). Selon les recommandations de l’UE, le niveau de protection UV doit être au moins égal à un tiers du SPF du produit, et les crèmes solaires qui répondent à ce critère comportent un logo représentant les lettres « UVA » dans un cercle.

Bien que les experts reconnaissent que l’exposition aux UVA est une sérieuse menace, les consommateurs sont nombreux à ne pas s’en inquiéter. Une étude récente révèle en effet que, pour éviter les coups de soleil, plus de 50 % des parents choisissent une crème solaire en fonction de son indice SFP, sans tenir compte des dégâts causés par les UVA.

 

 

Choisir le bon filtre de protection solaire : chimique ou minéral ?

Tous les produits solaires contiennent des ingrédients actifs sous forme de filtres chimiques ou minéraux pour protéger contre les effets nocifs du soleil. Parmi les options minérales, citons le dioxyde de titane (TiO2) et l’oxyde de zinc. Côté filtres chimiques, on retrouve le Mexoryl SX (INCI : terephthalylidene dicamphor sulfonic acid) et l’oxybenzone (INCI : benzophenone-3).

Les écrans solaires minéraux, comme le TiO2, forment une couche protectrice sur la surface de la peau et reflètent les rayons UV. À l’inverse, les filtres chimiques sont absorbés par la peau, dans laquelle ils ont une action sur les rayons UV qui pénètrent dans le corps : ceux-ci sont alors émis en tant que rayons infrarouges.

En raison de leurs avantages sur les écrans solaires chimiques, les filtres minéraux se sont imposés comme le choix privilégié des parents ou des personnes ayant une peau sensible. Pour Paul Wright, maître de conférences à la Faculté des sciences de la santé et des sciences biomédicales de la RMIT University, en Australie, les filtres chimiques « peuvent provoquer des irritations et allergies cutanées, doivent être appliqués plus fréquemment et sont absorbés par la peau dans une bien plus large mesure ».

 

Choisir le bon écran solaire minéral : TiO2 ou zinc ?

Le TiO2 est particulièrement réputé pour sa capacité à protéger la peau, car il absorbe et disperse très efficacement les rayons, aussi bien les UVA que les UVB. Les produits solaires à base de minéraux contiennent souvent une combinaison d’ingrédients actifs mais, pour le Dr Mike Bell, conseiller scientifique Soins de la peau chez Boots UK, le « dioxyde de titane est légèrement plus efficace en matière de SPF, car il protège mieux que l’oxyde de zinc contre les UVB ».

 

 

La bonne application

La protection de votre crème solaire est plus ou moins efficace en fonction de sa puissance et de l’épaisseur de crème appliquée. Pourtant, la plupart des gens n’utilisent que la moitié de la quantité recommandée et ne sont donc pas complètement protégés des rayons solaires.

« La raison est simple : quand on utilise plus de crème, la sensation sur la peau est très désagréable, explique Brian Diffey, professeur émérite en sciences dermatologiques à l’université de Newcastle, en Angleterre. Je pense que la meilleure façon d’appliquer de la crème solaire est d’en appliquer autant que possible avant de s’exposer au soleil, puis de renouveler l’application au bout de 10-15 minutes. Vous aurez ainsi de bien meilleures chances d’atteindre le SFP voulu et profiterez d’une protection plus uniforme. »

« Comme la plupart des gens n’utilisent pas leur crème solaire dans les conditions de test des fabricants, il vaut mieux qu’ils utilisent un SPF bien plus élevé que ce qu’ils jugent nécessaire. »

Des avancées technologiques sans précédent contribuent à résoudre le problème de l’application : les nanoparticules de TiO2 sont de plus en plus utilisées dans les produits solaires, car elles rendent l’application plus simple et moins frustrante.

« On intègre souvent des nanoparticules de TiO2 aux écrans solaires pour filtrer les UV. Leur utilisation a été reconnue comme extrêmement sûre », explique le Dr Chris Flower, biologiste, toxicologiste et Directeur général de la Cosmetic, Toiletries & Perfumery Association.

« Sous sa forme de nanoparticules, le TiO2 présente l’avantage supplémentaire d’être plus facile à étaler et d’avoir un aspect plus transparent, ce qui rend la crème moins blanche. Ces avantages sont importants, car l’apparence et la texture d’un produit sur la peau peuvent peser lourd dans la décision d’un consommateur quand il s’agit de choisir une crème pour se protéger du soleil. »

 

Les arguments en faveur d’un SPF plus élevé

Les experts recommandent généralement l’utilisation d’un écran solaire affichant un SPF 30 ou plus élevé pour contrebalancer la faible quantité de produit appliqué. Une recherche récente menée par le King’s College de Londres semble soutenir cette thèse. Des scientifiques ont examiné de manière approfondie les effets nocifs des rayons UV sur l’ADN. Ils ont découvert que les effets nocifs des rayons UV étaient nettement moins élevés chez les volontaires ayant appliqué de la crème solaire selon les quantités officiellement recommandées que chez les personnes s’étant exposées une seule journée à une faible dose de rayons UV sans protection.

« Cette recherche démontre que la façon dont la crème solaire est appliquée joue un rôle important dans son efficacité, explique l’auteur du rapport, le professeur Antony Young. Comme la plupart des gens n’utilisent pas leur crème solaire dans les conditions de test des fabricants, il vaut mieux qu’ils utilisent un SPF bien plus élevé que ce qu’ils jugent nécessaire. »